Mes chers fidèles lecteurs,

Je tenais sincèrement à m’excuser de vous avoir fait languir depuis tout ce temps. Depuis Caracas, il s’est passé beaucoup de choses. J’ai été dans l’est du Venezuela, à Ciudad Bolivar, point de départ de mes excusions pour le Salto Angel et pour le delta de l’Orénoque. Mais tout ne s’est pas passé exactement comme je l’avais prévu… En effet, lors de ma visite au Salto Angel, la plus haute chute d’eau au monde, je me suis faite une entorse à la cheville droite qui m’a obligé à changer légèrement mon programme. J’entends d’ici certains qui sont en train de se dire : « appeler son tour du monde « Watch Your Step » et se faire une entorse, c’est pas très malin ! ». Eh bien oui, je vous montre ce qu’il ne faut surtout pas faire ! Mais rassurez-vous, je ne compte pas, comme s’est interrogée une amie, me faire une entorse dans chacun des pays. Non, non, c’est juste pour dire que ça, c’est fait.

Delta (réduit)

Après le Salto Angel donc, je suis restée à Ciudad Bolivar chez un couple adorable, Tato et Karla, qui s’est occupé de moi. Au bout de 10 jours, je suis quand même allée visiter le delta de l’Orénoque. La plupart des choses à faire se faisait en bateau, je n’avais donc pas à marcher. J’ai ensuite traversé le pays en car pour rejoindre la ville de Maracaïbo où m’attendaient les parents d’une amie. Je les avais rencontrés il y a dix ans, lors de mon premier voyage au Venezuela. Autant vous dire que les retrouvailles étaient émouvantes. Mon amie, leur fille Moti vit actuellement à Toronto. J’ai donc pu rester dans sa chambre. J’ai gardé mes béquilles et mon attèle pendant plus d’un mois. Après mon entorse, j’ai eu une inflammation des ligaments du tarse, puis une contracture du mollet gauche. Oui, je sais, j’ai enchainé ! Mais sans ce « petit » contretemps, je n’aurais pas pu vivre un évènement historique dans le pays : la mort du président Hugo Chávez. J’ai vécu jour après jour le deuil du peuple vénézuélien.

P1150687

J’ai pu ainsi mieux comprendre la conjoncture et les différents enjeux du pays. C’était inoubliable ! Les parents de Moti, Nelia et Adic, ont été remarquables et m’ont considérée comme leur propre fille. J’ai été chouchoutée comme une véritable princesse ! Nelia étant médecin, j’étais entre de bonnes mains. Et Adic étant économiste, nous avons eu de longues discussions passionnantes sur l’économie du pays. J’ai également été à deux reprises chez une amie à eux qui tenait un refuge pour animaux. J’ai donc pu faire un reportage très intéressant sur cette femme et sa soeur qui s’occupent sans compter des animaux maltraités. Puis, mon état s’est peu à peu amélioré et j’ai fini (enfin !) par reprendre la route. Je suis repartie la semaine dernière pour la Colombie où je suis actuellement.

La traversée de la frontière a été en soi remplie de péripéties. Mais tout s’est très bien passé. Je suis maintenant à Santa Marta, sur la côte des Caraïbes, où je suis arrivée en pleine semaine Sainte. J’ai passé Pâques avec 38°c à l’ombre mais le chocolat n’a pas eu le temps de fondre au soleil, seulement dans ma bouche ! J’ai retrouvé maintenant une connexion wifi et je peux donc vous raconter toutes mes aventures. Alors, on en était où… ah oui : Carcacas ! 🙂

%d blogueurs aiment cette page :