Les petits explorateurs

Je vais avoir la chance de partager ce voyage avec des élèves de l’école Sainte-Marie de la Providence à Rochefort dans laquelle j’y ai moi-même passé quelques années.

P1130385

Avec les maternelles

Il y a d’abord la classe de petite section de maternelle avec leur maîtresse Magalie. 24 petits bouts de chou d’environ 3 ans. Ils sont très créatifs et les animaux les passionnent.

P1130391

Avec les CM1-CM2

Puis, il y a également les élèves de CM. Ils sont 8 en CM1 et 13 en CM2. Leur maîtresse s’appelle Sylvie. Ils sont très attentifs et ont envie de connaître tout un tas de choses. Nos futurs échanges promettent d’être passionnants.

———–

  • Première rencontre avec les maternelles le jeudi 22 novembre 2012.

Quelle rencontre ! Quel moment intense ! Ils sortaient juste de la sieste, ce qui expliquait leur attitude particulièrement calme. Je suis arrivée à 15h. Dès que j’ai passé le pas de la porte, je les ai vus assis en arc de cercle sur des petits bancs, bien sages, me défigurant tous du regard, comme s’ils m’attendaient avec impatience pour savoir de quoi j’avais l’air.

P1130361

A peine rentrée dans la classe, ils m’ont accueillie par un grand « bonjour Cécile !». C’était extrêmement touchant ! Puis Magalie, la maîtresse, leur a demandé s’ils n’avaient pas autre chose à me dire, et là, une petite voix a percé le silence pour me dire « Bon anniversaire Cécile ! ». J’ai souri, un peu étonnée. Puis, après que la maîtresse leur ait reposé la question, j’ai entendu « Bonne fête Cécile ! ». Car effectivement, notre rencontre tombait le jour de la Sainte Cécile. Heureuse coïncidence qui j’en suis sûre me portera bonheur pendant mon voyage. J’en ai été très émue.

Je me suis installée au milieu de cet arc de cercle sur une petite chaise lilliputienne, le dos contre un mur de mots plein de couleurs. Maintenant qu’ils m’avaient inspectée de haut en bas (et de bas en haut !), ils portaient désormais un grand intérêt à l’imposant sac que j’avais pris avec moi, et plus encore à son contenu.

En effet, de ce sac magique je sortis un énorme ballon coloré qui représentait la planète Terre. Ils étaient assez impressionnés. Plus par l’objet en lui-même que par ce qu’il représentait ! Mais j’étais heureuse de voir les expressions de surprise sur leur visage. Nous avons parlé de cette mappemonde sur laquelle tout un tas d’animaux étaient représentés.

P1130371Je leur ai exposé succinctement mon voyage puis leur ai demandé quels étaient les animaux qu’ils connaissaient. Ils se sont ensuite présentés un par un. C’était mignon. Je pouvais mettre des prénoms sur chaque petite frimousse qui me regardait, parfois avec un peu de timidité.

Avec la maîtresse, ils avaient préparé plusieurs questions, chacune matérialisée par un objet. De leur petite voix d’enfant, ils me les ont posées une à une : « Qu’est-ce que tu vas emmener dans ton sac à dos ? Comment vas-tu te déplacer ? Où vas-tu dormir ? Qu’est-ce que tu vas manger ? Où vas-tu te laver ? Pourra-t-on t’appeler ? Qu’est-ce que tu vas voir ? ».

Après ce gentil interrogatoire, deux élèves sont venus vers moi en portant une grande feuille (presque aussi grande qu’eux !), essayant tant bien que mal de marcher au même rythme. Quelle n’a pas été ma surprise lorsque je me suis aperçue qu’il s’agissait d’un magnifique dessin sur lequel étaient représentés les élèves autour de la planète Terre. Ils avaient chacun, à l’aide de feutres de couleurs différentes, dessiné un bonhomme. Un bonhomme à leur imagine selon leur vision propre. Je peux vous assurer que ce fut l’un de mes plus beaux cadeaux ! Il y en a des gros, des maigres, des petits, des grands, certains avec des grandes oreilles ou un grand nez ou encore sans nez, avec beaucoup de cheveux ou alors trois cheveux sur le caillou. Ce qui m’a le plus étonné je crois, c’est la façon dont ils ont dessiné leur bouche. Certains riaient mais d’autres étaient sans expression.

P1130381Je vais donc emporter ce superbe dessin avec moi autour du monde. Il va falloir que je trouve une façon ingénieuse pour le plier. Mais, même un peu amoché, il ne me quittera pas !

Les enfants sont ensuite venus toucher et porter le « ballon-Terre ». Ils étaient tout content et se bousculer pour le soupeser.

Avant de partir, nous avons fait des photos ensemble. Quel beau souvenir…

P1130373 P1130387 P1130386 P1130378 P1130377 P1130374 P1130376 P1130372 P1130369

———–

  • Première rencontre avec les CM le jeudi 22 novembre 2012.

Ma rencontre avec les plus grands a été bien différente. Quand je suis entrée dans la classe avec la mappemonde empruntée aux plus petits, ils étaient tous assis derrière leur bureau, bien sages. Là encore, j’ai été dévisagée et analysée comme on le ferait avec un nouveau cadeau. Ils étaient silencieux mais le désir de me poser des questions montait petit à petit et les sourires sur leurs visages semblait me dire : « alors? raconte-nous ! ».

La maîtresse, Sylvie, leur a dit quelques mots puis elle m’a donnée la parole. Je me suis présentée et j’ai décrit mon voyage. Ils se sont présentés à leur tour, puis a commencé le bal des questions… Et là, mes amis, c’est une expérience très impressionnante ! Bien sûr, ça ne l’est pas pour toutes les instituteurs, les professeurs, les conférenciers ou toute autre personne qui parle devant une assemblée. Mais quand c’est la première fois que ça vous arrive, ça fait tout drôle ! En effet, quand je leur ai demandé s’ils avaient des questions, une forêt entière de petits doigts s’est dressée devant moi, d’un seul coup ! Jamais de ma vie je n’avais été confrontée au fait de devoir désigner la personne qui pouvait me parler. Jamais je n’avais eu ce « pouvoir suprême » ! C’est très étrange et surtout très déstabilisant car au début on ne sait pas quel doigt choisir. Certains des élèves se tortillaient sur leurs chaises en essayant de lever leur doigt le plus haut possible pour que je puisse le voir. Il y avait aussi des doigts hésitants, des doigts timides, des doigts obliques, des doigts cachés.

Après que je me sois remise de ma grande surprise, j’ai fini par choisir un doigt, puis un autre, et un autre… Ca ne s’arrêtait plus ! Dès que j’avais terminé de répondre à une question, une multitude de petits doigts réapparaissaient dans les airs. C’était comme un jeu de tétris : dès que je croyais que j’en arrivais à bout, ça recommençait de plus belle ! J’avais l’impression qu’ils étaient toujours plus nombreux. Je voulais répondre à tout le monde, ne laisser personne de côté. Je me revoyais, enfant, lorsque je voulais que la maîtresse m’interroge et qu’elle choisissait quelqu’un d’autre, c’était frustrant. Alors, j’ai essayé d’être assez équitable et de ne pas choisir toujours les mêmes. Mais, croyez-moi, ce n’est pas si facile que ça ! Le rythme était soutenu et toutes les paires d’yeux me regardaient fixement.

P1130389

J’ai eu toutes sortes de questions : sur ma préparation, sur mon voyage en lui-même, sur ma vie personnelle, sur mon avenir,… La question la plus étrange a été : « et qu’est-ce que tu fais si tu es devant un crocodile ? « . 🙂

C’était palpitant de voir qu’ils étaient autant intéressés. Ils voulaient tout savoir ! Ils me parlaient d’eux aussi parfois. Je les questionnais à mon tour.

Je leur ai aussi appris que la classe dans laquelle nous nous trouvions était mon ancienne classe d’espagnol ! La vie est incroyable. Je n’aurais jamais imaginé à cette époque que j’y reviendrais un jour en tant qu’adulte, face à une classe toute entière.

Au bout d’un certain moment, j’ai commencé par avoir terriblement chaud. Je devais me concentrer sur ce que je disais tout en essayant de ne pas devenir rouge comme une tomate !

Puis, la sonnerie a retenti et les questions se sont arrêtées. Ils se sont rapprochés pour voir de plus près la mappemonde et nous nous sommes réunis pour prendre quelques photos tous ensemble. C’était un beau moment.

J’ai regardé ma montre et je me suis aperçue qu’une demie heure seulement s’était écoulée. Avec ces dizaines et dizaines de questions, j’avais eu l’impression d’avoir passé une heure auprès d’eux. Que ce fut intéressant ! Passionnant même ! Cela fait tellement plaisir de voir que votre projet puisse intéresser autant. Même la maîtresse a posé des questions !

Lorsque l’on s’est quitté, on s’est promis de se revoir avant mon départ… J’ai hâte !

%d blogueurs aiment cette page :